(articles du 2ème trimestre trimestre ICI et du troisième trimestre 2018  ICI)


12 décembre : "Je suis athée, donc je suis un transhumaniste"

12 décembre : l'avenir du mouvement LGBT pourrait impliquer le transhumanisme

10 décembre :Science et vie :  Risques de brouillages éthiques

7 décembre : Risque d'asthme chez les enfants conçus par amp de plus en plus clair

4 décembre : généthique : vers un crime pour fraude à la fertilité en Indiana

4 décembre : la presse en parle : Les GJ symbolisent l'écroulement de notre société matérialiste

29 novembre : les gilets jaunes ne doivent pas se laisser berner par des débats en région

29 novembre : atlantico ; Fraudes à la fertilité : des personnes conçues par erreur lors de procédures de fécondation portent plainte

27 novembre : La Chine ouvre une enquête

26 novembre : Bébés génétiquement modifies : crime, mensonge ou progrès

22 novembre : La Croix : la responsabilité des chrétiens devant la révision des lois bioéthiques

21 novembre : l'observatoire du journalisme : l'asso des journalistes LGBT, du lobby à la dictature masquée

18 novembre : Wauquiez dénonce un "engrenage" qui conduit à l'eugénisme.

16 novembre : Causeur : PMA pour tous, origines pour personne : le grand n'importe quoi français

16 novembre : VA : Compte tenu de l'ampleur des enjeux, le report des lois bioéthiques n'est pas une surprise

15 novembre : le coin des experts : PMA avec donneur et droit de connaitre ses origines

14 novembre : généthique : la consultation voulue pour transcender es clivages n'aura pas lieu

14 novembre : Midi Libre : Petite révolution juridique dans l'état civil avec la création du parent biologique

14 novembre :Le Monde : La justice accorde le statut de parent biologique à un homme devenu femme

14 novembre : revue limites : Bioéconomie, quand le corps devient marché

14 novembre : La Croix   :  José Bové : Dire non à la manipulation du vivant

13 novembre : GPA au Cambodge 15 nouvelles arrestations

13 novembre : la Croix : Bové, Leonetti, Abecassis pourquoi sont-ils contre la GPA

12 novembre : La Croix  "PMA où est la recherche du bien commun ?"

10 novembre : LMPT : LE FILM : l'incroyable témoignage d'une mère porteuse aux USA avec l'asso "Big fertility"

9 novembre : La Croix : Vers un décalage du calendrier bioéthique

4 novembre : Le Figaro : Pourquoi les Républicains s'opposeront à la PMA Sans Père

31 octobre : COMMUNIQUE DE PRESSE : PMA en l'absence de père : les feux sont à l'orange
24 octobre : Ludovine de La Rochère Présidente de LMPT, était auditionnée par la commission parlementaire préparant la révision des lois bioéthiques




31 octobre : Le Figaro Premium : Progressistes et partisans des limites, les intellectuels divisés sur la PMA pour toutes

30 octobre : Ia transhumanisme : La société de l'amélioration

29 octobre : LMPT tente de séduire les députés de la majorité

29 octobre : Deux députées LAREM aux positions contraires

29 octobre : une loi qui peut entrainer des bouleversements

29 octobre : La droite moins unie que contre le mariage pour tous

29 octobre : Eliette Abecassis la GPA ne peut pas être éthique

28 octobre : de plus en plus de transgenres veulent annuler leur conversion sexuelle

25 octobre : Pénurie dans les banques de sperme

24 Octobre : La Dépêche :  Montpellier, un homme devenu femme revendique le statut de mère biologique

22 octobre : un extrait d'un si grand soleil fâche LMPT (sauf que amalgames, propos mensongers, et appel au meurtre se succèdent dans les épisodes..)

24 octobre : COMMUNIQUE DE PRESSE

Audition de La Manif Pour Tous par la mission d’information parlementaire sur la bioéthique

La Manif Pour Tous demande le report de toute initiative législative sur l’encadrement de la PMA : « une décision sage »

Invités à s’exprimer devant les députés à l’Assemblée nationale, les représentants du grand mouvement social ont souligné l’ampleur des conséquences qu’induirait la PMA en l’absence de père pour l’enfant. En conséquence, ils en appellent à une décision sage qui ferait consensus : reporter toute initiative législative pour permettre de poursuivre les débats dans la plus grande sérénité. Les conditions posées par Emmanuel Macron, à commencer par l’existence préalable d’un large consensus, ne sont pas remplies ; il faut en tirer les conséquences et prendre la hauteur et le temps nécessaire sur un sujet si sensible pour ne pas heurter ni diviser inutilement la société.

TEXTE INTEGRAL DU PROPOS INTRODUCTIF

 

Du commerce de sperme aux autres éléments du corps humain

Parmi les nombreuses questions soulevées par l’ensemble des observateurs et parties prenantes, outre les conséquences de l’absence de père pour l’enfant et l’impact sur la vision de la paternité et du rôle du père par la société toute entière, La Manif Pour Tous a souligné que la PMA pour les femmes célibataires et les couples de femme provoquerait une pénurie de sperme et donc, tôt ou tard, une marchandisation des gamètes. Avec 300 donneurs par an, la France manque de gamètes disponibles pour l’assistance médicale à la procréation. Cette insuffisance est telle que les 3,9% de couples ayant besoin d’un don de sperme dans le cadre d’une AMP peuvent attendre jusqu’à 2 ans pour en bénéficier, alors que l’âge est un facteur clé du point de vue de la fécondité. La Manif Pour Tous a présenté des preuves aux parlementaires qu’aucun pays autorisant l’AMP aux femmes seules et aux couples de femmes n’a pu maintenir la gratuité des gamètes. Soit les Etats ont rendu les gamètes payants, comme l’Espagne et le Danemark ; soit ils achètent à l’étranger, dans des pays où les gamètes sont rémunérés. La Grande-Bretagne a ainsi publiquement expliqué, le 31 août dernier, que si les accords sur le Brexit n’incluaient pas aussi l’assistance médicale à la procréation, elle serait confrontée à une pénurie de gamètes parce qu’elle ne pourrait pas continuer à en acheter à d’autres pays. Or le CCNE reconnaît lui-même qu’ « une fois le principe de la gratuité rompu sur les gamètes, on voit mal ce qui empêcherait de faire la même chose pour les autres produits et éléments du corps humain, y compris les organes (…) Il existe, comme le montre le marché international du sang et de ses dérivés, des gamètes, ou des mères porteuses, un immense vivier de personnes qui, en raison de leurs difficultés économiques, acceptent de vendre les éléments de leur corps. » Et le CCNE souligne que ce point « ne peut être ni évacué, ni minimisé ». Cet enjeufondamental dépasse largement le débat sur l’encadrement de la PMA et ses conséquences immenses nous concernent tous. Comme le dit le CCNE, après le spermece seront ensuite les autres éléments du corps humain qui seront concernés. Voulons-nous de la marchandisation de l’humain ? Est-ce conforme à nos principes bioéthiques ? Est-ce conforme à nos valeurs républicaines ?

 

Un débat à recentrer : ni différences liées à la structure familiale, ni discrimination

La Manif Pour Tous a également pris soin de redéfinir l’enjeu précis du débat actuel autour de l’accès à la PMA. Toutes les 40 secondes en moyenne, un bébé vient au monde en France. Même lorsqu’il naît d’un couple homme-femme uni au moment de la naissance, nul ne sait si quelques mois ou quelques années plus tard, il ne vivra pas, par exemple, avec un seul de ses parents ou l’un de ses parents et un autre conjoint, de sexe différent ou de même sexe. Depuis toujours en effet, des enfants ont été élevés par leur mère seule ou par l’un de leur parent et un « beau-parent », ce qu’on appelle aujourd’hui des familles monoparentales, recomposée ou homoparentale. Il ne faut pas se tromper de sujet. La question qui nous est posée, la seule, c’est de déterminer si nous pouvons – en termes d’égalité, de justice, d’éthique – décider de priver délibérément, sciemment, des enfants de père dès avant leur conception. Il ne s’agit donc pas de parler des différentes structures familiales, en particulier de l’homoparentalité et des familles homoparentales.

Après avoir été victime au cours de l’audition de violentes attaques verbales et de caricatures blessantes par le député Guillaume Chiche, La Manif Pour Tous renouvelle son appel au calme auprès des parlementaires et de l’ensemble des parties prenantes. Il est inacceptable et intolérable que le simple fait de pas partager les revendications d’associations militantes LGBT puisse être caricaturé en homophobie dans le seul but de discréditer toute opposition et de rendre impossible un débat serein. Il est indigne d’instrumentaliser l’homophobie et les souffrances qu’elle provoque à des fins militantes ou idéologiques. L’avenir de nos enfants mérite mieux que ça ; il mérite un débat digne.


21 octobre :                                                                                        COMMUNIQUE DE PRESSE

 Encadrement de la PMA : la triple infox d’Agnès Buzyn

 

Invitée du Grand Jury RTL - Le Monde, la ministre des Solidarité et de la Santé a signé 3 « infox », néologisme de la commission d’enrichissement de la langue française forgé à partir des mots « information » et « intoxication ».

 

1.     L’évolution de l’encadrement de la PMA n’est pas une promesse de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron.

2.     Une telle évolution n’est pas encouragée par le Conseil d’Etat ni par le Comité Consultatif National d’Ethique.

3.    Cette mesure n’est pas soutenue par les parlementaires. Aucun des 2 rapports de l’OPECST (Office Parlementaire de l’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques) n’est encore publié, ni les conclusions de la mission d’information parlementaire dont les auditions se poursuivent.

 

Par ses déclarations surprenantes, Agnès Buzyn semble défier le Président de la République et le Premier Ministre en voulant leur forcer la main, loin de leur volonté partagée d’une approche apaisée d’un sujet sensible qui divise en profondeur la société.

 

Au cours de la campagne pour l’élection présidentielle de 2017, Emmanuel Macron s’était déclaré favorable « à titre personnel » à une évolution des règles encadrant l’accès à la PMA. Mais cette mesure ne figurait pas dans son programme présidentiel (https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/COMMUNICATION/Programme-Emmanuel-Macron.pdf). Sur ce sujet de la PMA, Emmanuel Macron a toujours pris le soin de conditionner tout projet législatif à l’existence préalable d’un large consensus. C’est le sens des propos qu’il a tenu dans les colonnes de Têtu le 24 avril 2017 : « je souhaite qu’il y ait un vrai débat de société : si un tel débat aboutit favorablement, je légaliserai la PMA, mais je ne le porterai pas comme un combat identitaire. »

Contrairement aux propos d’Agnès Buzyn, ce n’est donc pas une promesse de campagne. De tels propos sont d’autant plus étonnants que la Ministre des Solidarités et de la Santé a reconnu il y a un mois (23 septembre 2018) sur France Inter que « La PMA, c'est une bombe si l'on décide d'en faire un combat de société. » C’est précisément ce que souhaitent éviter les Français en demandant le report d’un débat aussi clivant, sensible et polémique. 56% des Français attendent du gouvernement qu’il « reporte ce débat à plus tard pour ne pas diviser inutilement les Français ». Ils sont également une nette majorité à se prononcer en ce sens parmi les sympathisants de LREM (54%), source : Ifop, septembre 2018.

L’encadrement actuel de la PMA est conforme au principe d’égalité

Deuxième infox d’Agnès Buzyn : la position du Conseil d’Etat et du CCNE. Dire que les feux sont au vert pour l’évolution de l’encadrement de la PMA est une approche tendancieuse et partisane. Le Conseil d’Etat a rendu un avis le 28 juin, puis une décision le confirmant le 28 septembre, dans lequel il souligne que l’encadrement actuel de la PMA est conforme et respectueux du principe d’égalité et ne pose par conséquent aucun problème de discrimination.


 En effet, écrivent les Sages, « les couples formés d’un homme et d’une femme sont, au regard de la procréation, dans une situation différente de celle des couples de personnes de même sexe (…) La différence de traitement, résultant des dispositions critiquées, entre les couples formés d'un homme et d'une femme et les couples de personnes de même sexe est en lien direct avec l'objet de la loi qui l'établit et n'est, ainsi, pas contraire au principe d'égalité. »

En outre, dans son rapport relatif à la révision de la loi de bioéthique publié au début de l’été, le Conseil d’Etat affirme que rien n’oblige le législateur à aller dans un sens ou dans l’autre, tout en développant les conséquences d’une modification de l’encadrement de la PMA. Quant au Président du CCNE, il a constaté « l’absence de consensus sur la PMA » à l’issue des Etats généraux de la bioéthique,

 

Ne pas mépriser les travaux parlementaires en cours en anticipant leurs conclusions

Enfin, la Ministre des Solidarités et de la Santé laisse entendre que les parlementaires seraient favorables à la PMA en l’absence de père pour l’enfant. Cette prise de position est choquante à plus d’un titre. Les travaux parlementaires préparatoires à la révision de la loi de bioéthique sont en cours. La mission d’information parlementaire poursuit actuellement ses auditions et son rapport est attendu d’ici la fin de l’année. De son côté, l’OPECST (Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques) doit rendre prochainement deux avis. Le premier est une analyse de la loi de bioéthique 2011. Selon les premiers éléments qui ont fuité dans la presse, il semble que les membres de l’OPECST confirment l’absence d’évolution scientifique de nature à justifier une évolution de la réglementation actuelle de la PMA. Et l’OPECST laisse entendre qu’en raison de son caractère sociétale, cette question de la PMA n’a pas sa place dans la révision de la loi de bioéthique. L’OPECST doit également publier une analyse des Etats généraux de la bioéthique, lesquels ont montré l’absence de consensus en faveur de la PMA sans père en soulevant de très nombreuses questions humaines et éthiques.

 

« Par ses propos pour le moins maladroits, Agnès Buzyn laisse entendre que les conclusions des travaux parlementaires sont écrites d’avance et donne une lecture partisane des rapports, avis et déclarations du Conseil d’Etat et du CCNE. Ce faisant, elle donne le sentiment de défier le Président de la République en le poussant à passer en force sur un sujet sensible. Loin des engagements et de la sagesse d’Emmanuel Macron, la méthode d’Agnès Buzyn repose sur de la provocation et du mépris et n’est pas sans rappeler celle utilisée par François Hollande au début de son quinquennat » souligne Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous. « Nous appelons la Ministre des Solidarités et de la Santé à faire preuve de sang-froid et à ne pas en faire un "combat de société suivant ses propres termes. Après plusieurs refus, une nouvelle demande de rendez-vous va lui être adressée afin d’aborder ces enjeux de filiation avec la sagesse qu’ils méritent. » 


19 octobre : JF Mattei :

19 octobre : La Croix : La droite exige un débat apaisé PMA

18 octobre : genethique : FIV et grossesses multiples : la manipulation des embryons en cause

18 octobre : PMA-GPA en France

18 octobre ; Charlotte d'Ornellas  VID-20181018-WA0000__1_.mp4

15 octobre : G. tabart vidéo : Opposition de la droite au projet d'extension de la PMA

12 octobre : IA transhumanisme : PMA-GPA-Bioéthique : en France les débats font rage

12 octobre : Aux pays Bas, l'infanticide d'un enfant de moins de 12 mois validé

12 octobre : E. Levy : On ne change pas l'anthropologie par décret

6 octobre : un des effets de LMPT sur les jeunes : ICI

4 octobre :infos-Toulouse : Ludovine de La Rochère à Toulouse

4 octobre : Ecouter Ludovine sur radio présence : S'il le faut, nous redescendrons dans la rue 

4 octobre :infos-Toulouse : Ludovine de La Rochère à Toulouse

2 octobre : Communiqué de Presse de LMPT

4 octobre : juristes pour l'enfance : la cour de cassation pose à la DEDH la question de la mention de la mère d'intention sur l'acte de naissance

3 octobre : Exclure les lesbiennes de la PMA n'est pas discriminatoire

2 octobre ; Le Figaro : fig_m_de_viry_021018.pdf

2 octobre : VA :extension de la PMA, que de mauvais arguments

 

Paris, le 2 octobre 2018 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Pour le Conseil d'Etat, l'encadrement actuel de la PMA est conforme au principe d'égalité et ne pose pas de problème de discrimination

 

 

Sujet brûlant au cœur de nombreuses polémiques depuis des mois, la PMA en l'absence de père pour l'enfant est de nouveau au cœur de l'actualité... juridique. L'histoire est simple : un couple de femmes a voulu faire une PMA à l'hôpital de Toulouse. L'accès à la Procréation Médicalement Assistée est aujourd'hui encadré. Elle est possible pour des couples qui ne parviennent pas à concevoir en raison de problèmes d'infertilité médicalement constatés ou qui sont susceptibles de transmettre une maladie grave. Seuls les couples homme-femme ayant eu un diagnostic médical confirmant leur difficultésont donc concernés. Ce n'était évidemment pas le cas pour le couple de deux femmes. Saisi d'une Question Prioritaire de Constitutionnalité, le Conseil d'Etat a rendu ses conclusions : l'encadrement actuel de la PMA est tout à fait conforme et respectueux du principe d'égalité et ne pose par conséquent aucun problème de discrimination. Pour le Conseil d'Etat, cette décision de bon sens repose sur le fait que « les couples formés d'un homme et d'une femme sont, au regard de la procréation, dans une situation différente de celle des couples de personnes de même sexe. »

 

« Cette décision du Conseil d'Etat est importante. Elle souligne l'absence de discrimination dans la législation actuelle autour de la PMA. La revendication de la PMA en l'absence de père, c'est-à-dire la PMA pour les couples de femmes et les célibataires, n'est donc pas une réponse à un problème de discrimination ni une mesure d'égalité » souligne Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous. « Dans son avis rendu en juin sur la révision de la loi de bioéthique, le Conseil d'Etat avait rappelé que rien n'oblige le gouvernement à légaliser la PMA en l'absence de père » rappelle-t-elle.

 

Pour La Manif Pour Tous, cette décision du Conseil d'Etat conforte la nécessité d'un report sur le sujet de la PMA sans père. Compte-tenu de l'engagement du Président de la République de ne pas avancer en l'absence de consensus, ce débat ne peut être que reporté : il ne répond à aucune urgence ni aucune discrimination ou atteinte au principe d'égalité comme vient de le rappeler le Conseil d'Etat. Et les implications et conséquences d'une telle mesure - notamment risque de marchandisation de l'humain, détournement de la médecine et du système de santé... -, reconnues par les états généraux de la bioéthique comme par toutes les instances, ne sauraient être mises de côté sans réflexion plus approfondie.

 

Le report de ce débat sur la PMA sera en outre l'occasion de renforcer la lutte contre la GPA : la crainte de l'engrenage PMA-GPA ne peut être levée par de simples déclarations d'intention,mais par des faits, c'est-à-dire par une lutte réelle et effective contre l'exploitation de femmes comme mères porteuses, qu'elles soient françaises ou d'autres pays. La dignité des femmes et des enfants n'a pas de frontière.

29 septembre : replay députée Agnès Thill LREM à partir de la 42.20 mn : ICI

29 septembre : Jose Bove Revue Limite : ICI

29 septembre :rapport de l'ECLJ sur la souffrance des enfants nés par PMA : ICI

29 septembre : le parisien : Le gouvernement prudent face à un dossier explosif

29 septembre : Familles chrétiennes : Mgr Aupetit

29 septembre : l'autoconservation des ovocytes créerait une dépendance des femmes à la technique

28 septembre : L'extension de la PMA systématise l'exclusion du père

Le 27 septembre : ECOUTER Albéric D.

Le 26 septembre : rapport de l'ECLJ : les blessures des enfants nés par PMA; témoignages

Le 25 septembre :Ce que Mgr Aupetit a dit au auditeurs de RTL

Le 24 septembre : Ludovine de la Rochère sur Cnews

26 septembre : François-Xavier  : PMA pour toutes, dernière frontière avant le transhumanisme

21 septembre : E. Macron à la recherche d'un improbable débat apaisé

21 septembre : les opposants à l'extension de la PMA se mobilisent

21 septembre :Les évêques de France signent un engagement solennel contre la PMA

Paris, le 23 septembre 2018 COMMUNIQUE DE PRESSE


En l’absence de consensus, le débat sur la PMA sans père doit être reporté.

 

Enthousiasme et détermination au rendez-vous pour le coup d’envoi d’une année qui pourrait s’annoncer intense en mobilisations : La Manif Pour Tous a fait sa rentrée ce week-end dans l’Essonne à l’occasion de sa 6e université d’été qui a fait le plein en rassemblant 440 personnes. Au cœur des débats, la question sensible de la filiation et de la PMA sans père.

 

Alors que la présentation du projet de loi de révision de la loi de bioéthique est envisagée d’ici la fin de l’année ou début 2019, son contenu est encore est préparation. Médecine génomique, neurosciences, intelligence artificielle, big data... les sujets complexes qui y seront abordés sont déjà nombreux. Certains souhaitent profiter de ce véhicule législatif pour autoriser l’accès à la PMA pour les couples de femmes et les célibataires. Le Président de la République s’y était déclaré favorable « à titre personnel », mais cette mesure ne figurait pas dans son programme présidentiel. Sur ce sujet de la PMA, Emmanuel Macron a toujours précisé qu’il conditionne tout projet en ce sens à l’existence préalable d’un large consensus. Dans les colonnes de Têtu le 24 avril 2017, il avait ainsi pris soin de préciser « je souhaite qu’il y ait un vrai débat de société : si un tel débat aboutit favorablement, je légaliserai la PMA, mais je ne le porterai pas comme un combat identitaire. »

 

Or, à l’issue des Etats Généraux de la bioéthique qui se sont déroulés au premier semestre 2018, le Président du CCNE (Comité Consultatif National d’Ethique) s’est félicité de leur ampleur et a constaté « qu’il n’existe pas de consensus sur la PMA. » Selon un sondage Ifop dont les résultats ont été rendus publics hier par La Manif Pour Tous lors de son université d’été, 56% des Français attendent du gouvernement qu’il « reporte ce débat à plus tard pour ne pas diviser inutilement les Français ». Ils sont également une nette majorité à se prononcer en ce sens parmi les sympathisants de LREM (54%) et même 80% chez les proches des Républicains.

 

Ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn a reconnu ce matin sur France Inter que « La PMA c'est une bombe si l'on décide d'en faire un combat de société. » C’est précisément ce que souhaitent éviter les Français grâce à un report d’un débat aussi clivant, sensible et polémique. Les Français s’attendent d’ailleurs à des manifestations très importantes si le gouvernement décidait de passer en force et de mépriser les conclusions des Etats généraux de la bioéthique. Selon le sondage Ifop réalisé les 18 et 19 septembre 2018, plus de 6 Français sur 10 estiment qu’un projet de loi sur la PMA sans père provoquerait « des manifestations d’opposition très importantes parce qu’on toucherait aux droits des enfants ». Les électeurs d’Emmanuel Macron et les sympathisants de LREM sont également une très large majorité à faire ce pronostic (59%).

 

Devant des militants gonflés à bloc et prêts à se mobiliser si besoin, les intervenants de cette 6e université d’été ont partagé leur expertise et leur analyse. La diversité des opinions a permis des échanges intéressants. Pierre Manent, Ivan Rioufol, le professeur Christian Flavigny, Patrick Buisson ou bien encore Dominique Reynié se sont ainsi succédés à la tribune tout au long de ces 2 jours.

 

Dans son discours de clôture, Ludovine de La Rochère a précisé que « cette question de la PMA concerne tous les Français, en particulier parce qu’il en va du monde que nous voulons pour demain. Toute évolution de l’encadrement de la PMA aurait des conséquences concrètes pour toute la société : droits de l’enfant, marchandisation, eugénisme, détournement de la médecine, GPA... L’absence de consensus constatée par tout le monde, y compris le Président du CCNE, doit nous inciter collectivement à la prudence. Le débat sur la PMA et la GPA doit être reporté pour ne pas diviser inutilement les Français. Ce signal d’unité et d’apaisement est attendu par l’immense majorité de nos concitoyens. »

 

La Manif Pour Tous entend rester vigilante sur le contenu de l’avis du CCNE qui sera publié mardi 25 septembre. Il devra être cohérent avec les conclusions des Etats généraux de la bioéthique. Le débat apaisé ne doit pas se transformer en débat méprisé.

 

 

Contact presse : h.pamart@lamanifpourtous.fr  Tel : +33 (0)6 81 70 76 58

 

www.lamanifpourtous.fr   -  twitter.com/LaManifPourTous  -  facebook.com/LaManifPourTous

20 septembre : les blessures des enfants nés par PMA

20 septembre : Adoption plénière la justice srt-elle de son rôle ?

19 septembre : le conseil de l'Ordre des médecins évoque la souffrance des femmes

18 septembre : Question la cedh s'empare du débat bioéthique

18 septembre : Facebook le plus gros collecteur de données personnelles au monde

18 septembre : Au Canada, des médecins demandent à associer euthanasie et dons d'organes

18 septembre : Dérive de la PMA en grande-Bretagne FIV des quadruplés pour une cinquantenaire déjà grand-mère

1er août : Paris Match : La majorité se prépare à la bataille pour la PMA

16 septembre : Etats-Unis, L'idéologie du genre a encore frappé

15 septembre : La Manif Pour Tous, en ordre de bataille : manif saison 2 : mobilisation

14 septembre : Entretien d'Aude Mirkovic avec TV Liberté  ICI

11 septembre : Révision des lois bioéthiques : les prochaines dates clés

11 septembre : Des gds-parents fabriquent un enfant avec le sperme prélevé sur leur fils décédé

7 septembre: CP : Université d'été de LMPT 2018 : Bioéthique et politique : pour le meilleur ou pour le pire ?'

7 septembre : La Croix  :  Le projet bioéthique pourrait être présenté fin novembre

7 septembre : Le liquide nourricier des éprouvettes impacterait la santé des enfants issus de FIV

7 septembre : Aux Pays-Bas, des gynecologues s'opposent à l'insémination avec le sperme du conjoint décédé

6 septembre : l'écho : Jacques Testart "Rien ne s'oppose, rien ne résiste au transhumanisme" 

4 septembre : JM Le Méné : Depuis l'avortement, toutes les transgressions ne sont pas régulées mais régularisées par la loi

4 septembre : Les médecins inquiets du silence de l'Ordre

3 septembre : Le Figaro : Emmanuel Hirsch : Révision de la loi bioéthique ; le débat de tous les dangers

2 septembre : Vers une protection des données génomique

31 août : L'Espagne s'oppose au retour d'une famille ayant eu recours à la GPA en Ukraine

31 août : Vers un bouleversement systémique du monde

2 août : Ue canadienne divorcée reste propriétaire de son embryon congelé mais doit dédommager son mari de 50% de sa valeur marchande

31 juillet : L'implant cérébral en 2060

27 juillet : Chronique : Alliage du vieux monde et de la science-fiction

22 juillet : Ouest France : La PMA et l'enfant, pour un débat apaisé

22 juillet : Atlantico : Entretien avec Ludovine de La Rochère : "Si E. M met la PMA sans père sur la table, LMPT s'engage à ce que des manifestations immenses aient lieu"

26 juillet : Le Figaro : LREM presse le pas

25 juillet : Les trafics d'organes ne cesseront as sans l'aide des médecins

24 juillet : En Grande Bretagne, prélèvement du sperme d'un homme mourant en vue d'une FIV

21 juillet : Le Figaro : Au tribunal : Deux couples, une mère porteuse et un couffin

21 juillet : La guerre post-humaniste : Quel état initiera la modification génétique de l'être humain ?

20 juillet : Chronique : Les indignations sélectives du député Chiche

20 juillet : Irlande : Vers la fin du don anonyme

20 juillet : GB les scientifiques veulent autoriser les bébés génétiquement modifiés

20 juillet : Assemblée nationale : PMA auditions d'experts par la commission : VIDEO

19 juillet : Juristes pour l'enfant : Une PPL au mépris des électeurs

19 juillet :  Gérard Larcher  Passer la PMA entre la victoire de l'équipe de France et les les vacances d'été ça peut être une manoeuvre : VIDEO

19 juillet : Le Figaro : PMA , bras de fer sur le véhicule législatif

18 juillet : VIDEO :  Guillaume Tabard : l'info en question

18 juillet : Le parisien : EGB, le gvt siffle la fin de la récré

18 juillet : Alliance Vita : Communiqué de presse : PMA, l'opinion prise en otage par une minorité

18 juillet  :  Un projet de loi sur la PMA pour fin 2018 LIRE

18 juillet :Le Figaro : Coup d'accélérateur pour la PMA pour toutes

18 juillet : Le Monde : La PMA pour toutes suscite des tensions chez les LREM

16 juillet / Crispr cas 9 produit des suppressions d'ADN indésirables ICI

16 juillet : Chronique :1/2 ; lire

12 juillet : Communiqué de presse en réponse aux provocations de Ferrand et Rugy CPRugyFerrand.docx

11 juillet : VA : Entretien de VA avec Ludovine de la Rochère après la décision du Conseil d'état

11 juillet : Communiqué de presse :  En dépit de ses ambiguités, le Conseil d'état confirme les implications et les risques inhérents à la PMA sans pères

11 juillet : Com Presse A-Vita : (noter la dernière phrase en gras ;-)) ) Communiqué de Presse

11 juillet : Ouverture de la PMA, les mises en garde du Conseil d'état

11 juillet : Le conseil d'état livre sa lecture du modèle bioéthique français

10 juillet : Sciences et vie : ; une femmes enceinte passe t-elle ses cellules au bébé  ?

9 juillet : Chronique : Les droits de l'enfant, une idéologie selon Irène Théry

9 juillet : une PPL pour inclure des principes fondamentaux de la bioéthique dans la constitution

7 juillet : Le transhumanisme pour ceux qui ne savent pas : ICI

6 juillet : généthique : PMA pour toutes, une question de constitutionalité transmise au conseil d'état

28 juin :" l'embryon humain est la variable d'ajustement du jeu politique"

5 juillet : Le Monde : selon le conseil d'état, il n'y a pas d'obstacles juridiques à l'ouverture de la PMA à toutes les femmes

5 juillet : le Figaro : le conseil d'état ouvre la porte à la PMA : figaro_du_5_juillet_cons_d_etat_PMA.txt

4  juillet : Famille chrétienne : Xavier Breton : si LREM fait passer la PMA, il y aura un mouvement social

4 juillet : ce n'est pas leur carrières qui pousse les femmes à congeler leurs ovocytes

4 juillet : Philosophie : Philosophie et idéologies trans-posthumanistes
 27 juin : Ludovine de La Rochère met la pression à E. Macron. (VIDEO Ludovine à partir de la 3ème mn


rtCreated with Mozello - the world's easiest to use website builder.

 .